Vous êtes ici : Accueil > Lettres du mois > N°206 Mars 2016 - L’orgue : affaire de famille (épisode 1)

N°206 Mars 2016

L’orgue : affaire de famille (épisode 1)

Que l’on soit facteur ou bien organiste, et même souffleur, l’orgue est une véritable histoire de famille. Nous commençons avec la famille des Lépine originaire d’Abbeville en Picardie.
François (né en 1681) et son frère Adrian apprennent la facture d’orgues en Hollande (exil dans ce pays, car la famille est protestante) et s’installent à Bordeaux vers 1710 où ils restaurent les orgues de la cathédrale (1711), construisent l’orgue de l’abbatiale de St Sever (1712) et restaurent l’orgue de St Jean de Luz (1724). Les deux frères se séparent vers 1727, François s’installe à Toulouse et Adrian revient en Picardie après avoir restauré l’orgue de la basilique St-Michel en 1732. François restaure l’orgue de Ste Catherine de Villeneuve-sur-Lot en 1739.
Jean-François dit Picard Lépine est né à Toulouse le 19 juillet 1732, premier fils de François, il travaille avec lui aux relevages des orgues de la cathédrale d’Albi (1747) et de Rodez (1749). Puis, nous retrouvons Jean-François pour la construction des orgues de l’abbaye de Bonneval (1750) de la cathédrale de Sarlat (1752), de la cathédrale de Lodève (1752) et de celle de Clermont-Ferrand (1753). Après s’être formé auprès de Clicquot à Paris et de Silbermann en Suisse, Jean-François s’installe à son compte à Pézenas où il construit son chef-d’œuvre en la collégiale Saint-Jean (1757-1759). Puis il restaure les orgues de la cathédrale de St Bertrand de Comminges (1760), de l’abbaye d’Aniane (1761), de St-Papoul (1762), de la cathédrale d’Agde (1763-1764), de l’abbaye de Grand-Selve (1765), de la cathédrale de Narbonne (1766-1771), il construit l’orgue d’Auterive (1767), de Limoux (1767-1772), de Verdun-sur Garonne (1767-1769) et de la cathédrale de Montpellier (1778). En 1782, il se consacre exclusivement au négoce des draps et meurt en 1817 à Pézenas.
Son frère Adrien est né à Toulouse le 15 juillet 1735 et s’installe en 1758 à Paris où il épouse, dix ans plus tard, la sœur du célèbre facteur François Henri Clicquot. Sa carrière fut moins florissante que celle de son frère, toutefois on note la restauration de l’orgue de la cathédrale d’Auxerre (1767 – aujourd’hui disparu), de Nogent-sur-Seine (ajout d’un positif de dos aidé de Joseph Isnard venu se perfectionner auprès de lui), de la chapelle St-Louis de l’Ecole Militaire à Paris (1772), de Brie-Comte-Robert (1773) et de l’église St-Médard à Paris (1778). Il meurt à Paris vers 1780.
Philippe BEZKOROWAJNY

Télécharger la lettre

N°206 Mars 2016 (PDF - 256.7 ko)