Vous êtes ici : Accueil > Inventaire > Gironde > Bordeaux > Bordeaux, Cathédrale Saint-André

Orgue de Bordeaux, Cathédrale Saint-André (Orgue de Choeur)

Wenner (1874) - 18 jeux, 2 claviers

Consacrée par le Pape Urbain II en 1096. Plan en croix latine à nef unique. 124m de long, 18m de large au transept, 23m de haut dans la nef et 29m dans le choeur. Porte Royale aux riches sculptures et Portail Nord récemment restauré, à l’extrémité du transept entouré de 2 tours à flèches de 81m de haut. Très vaste nef (av. 1150), voûtes des XIVè-XVIè s. Transept et choeur de style gothique rayonnant (XIVè s.). Nombreuses chapelles autour du déambulatoire. Mobilier ancien provenant d’églises de la Région (La Réole, St-Rémi à Bordeaux...) et du XIXè s. La cathédrale vit les mariages d’Aliénor d’Aquitaine avec Louis VII en 1137 et de Louis XIII avec Anne d’Autriche en 1615. La cathédrale est classée M.H. et inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1998.

Orgue de Bordeaux, Cathédrale Saint-André (Orgue de Choeur)
Photo ZOREIL

Histoire

L’existence d’un orgue de choeur dans la cathédrale remonte à l’année 1594 date à laquelle un certain Guillaume ajouta un jeu de nazard "à la petite orgue placé sur le jubé du choeur".

En 1617, Charles de la Broye nettoya et ajouta les tuyaux manquant et un tremblant.

En 1619, Antoine Lefebvre releva l’orgue dont la composition devint la suivante sur un seul clavier : Montre 6 - Flûte 4 - Nazard 3 - Doublette 2 - Fourniture III - Cymbale II et 3 jeux de 8 pieds à la pédale.

Entre 1627 et 1630, Valéran de Héman releva l’orgue et lui ajouta un jeu de Clairon et une soufflerie neuve.

En 1656, Jehan Haon releva l’orgue.

En 1670, le Père Catets, religieux cordeliers ajouta un deuxième clavier de positif. En 1672, il répara la soufflerie et effectua un grand nettoyage.

En 1712, François Lépine releva l’orgue et ajouta un cromorne neuf au clavier de positif.

En 1755, François Dayries et Bernard Bégué effectuèrent une restauration.

A la Révolution, l’orgue de choeur subit le même sort que le grand-orgue de tribune.

En 1842, l’abbé Larroque en soutraitance avec Nicolas Henry proposa un orgue de choeur qui ne fut monté qu’en 1845 par Henry. Dans un buffet du menuisier Piton de Bordeaux, l’orgue fut placé dans l’axe du choeur, entre deux piliers.

En 1873, Georges Wenner proposa un orgue de choeur pour la somme de 15000 francs. Le nouvel instrument ne fut installé que dans le courant de l’année 1874 à son emplacement actuel.

Dans les années 1970, la maison Beuchet-Debierre modifia et électrifia l’instrument.

Descriptif

Le buffet est composé des boiseries des stalles du choeur des chanoines, côté épître. Trois plates-faces de sept tuyaux en étain chacune composent la façade. La console est séparée placée devant les deux rangée de stalles. Deux claviers manuels de 56 notes et un pédalier de 32 notes (les jeux de pédale en emprunt ne parlent que sur 27 notes). Traction électrique des notes, tirage mécanique des jeux.

Grand orgue Récit expressif Pédale
56 notes 56 notes 32 notes
Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Flûte harmonique 8
Prestant 4
Nazard 2 2/3
Principal 8
Flûte 8
Unda Maris 8
Principal italien 4
Doublette 2
Plein Jeu IV
Trompette 8
Clairon 4
Soubasse 16 (emprunt GO)
Basse 8 (emprunt GO)
Principal 4 (emprunt GO)
Trompette 8 (emprunt Récit)

Accouplement II/I - Tirasses I et II en 8’ et 4’ - Appel et retrait des anches - Expression du Récit par pédale à bascule